Skip to content Skip to footer

Qui a le droit à un VSL ?

Sortie d’hospitalisation, traitement d’affection longue durée, il existe différentes situations pouvant nécessiter le recours à un véhicule sanitaire léger. Dans certains cas, l’assurance maladie peut assurer la prise en charge, à condition de disposer d’un bon de transport médical. Cet article vous en dit plus sur le VSL et les conditions d’éligibilité à ce moyen de transport.

Le VSL ou véhicule sanitaire léger : qu’est-ce que c’est ?

Le VSL, ou véhicule sanitaire léger, est une solution spécialement conçue pour le transport sanitaire. En effet, il est utilisé dans le cadre du transport assis des patients et peut accueillir simultanément plusieurs personnes. Le transport est garanti par un conducteur qualifié et en parfaite conformité avec les normes de sécurité et d’hygiène. Généralement, les conducteurs de véhicules sanitaires légers possèdent soit un diplôme d’État d’ambulancier, soit une carte d’auxiliaire ambulancier. Selon Afonso Nilles, spécialiste dans le domaine, les professionnels gardent pour eux les données confidentielles et ne divulguent en aucun cas l’identité des patients pris en charge.

Différences avec l’ambulance

Contrairement à l’ambulance, le VSL ne fournit pas de soutien médical en continu pendant le transport. Néanmoins, les patients peuvent bénéficier d’une assistance personnelle de courte durée, comme l’accompagnement jusqu’au véhicule.

Par ailleurs, c’est un moyen de transport spécifiquement destiné aux malades ou aux PMR qui doivent voyager en restant assis. Or, l’ambulance est destinée au transport allongé des personnes.

Il convient également de souligner que le recours à une ambulance est limité aux situations urgentes et graves. Quant au VSL, il est réservé pour les soins de routine à l’image des rendez-vous médicaux. Enfin, il nécessite une prescription médicale de transport délivrée par un médecin.

véhicule sanitaire léger

Les individus éligibles au VSL

Un patient bénéficiant de l’assurance maladie et ses ayants droit peuvent recourir au VSL. Dans ce cas d’ailleurs, un remboursement est envisageable de la part de l’assurance. Le VSL est ainsi destiné aux personnes victimes d’un accident du travail ou d’une maladie ayant entraîné une situation de handicap. Si le patient a moins de 16 ans et qu’il nécessite une assistance supplémentaire, un proche peut l’accompagner dans le véhicule sanitaire léger.

Par ailleurs, il est impératif de posséder une prescription médicale de transport pour être éligible au VSL. Ce document doit comprendre des informations spécifiques telles que le nom complet du patient, la destination, la raison du déplacement, la situation (ALD, accident de travail…), le moyen de transport et la date. Si le médecin vous en prescrit un, il sera impossible de choisir un autre mode de transport, à moins qu’il soit plus abordable.

Néanmoins, nous vous conseillons de suivre la prescription reçue, car elle est assurément la plus appropriée à votre état de santé. Si vous n’avez aucun accord préalable, le médecin doit fournir la prescription au plus tard le jour du transport ou le jour du premier transport.

VSL : bénéficiez du remboursement de l’assurance maladie !

En fonction de votre état de santé, l’Assurance Maladie peut couvrir tout ou partie des coûts liés au transport en VSL. Comme mentionné plus haut, le médecin peut prescrire ce bon de transport CPAM. Vous pouvez aussi l’obtenir grâce à un accord préalable. Les déplacements médicaux peuvent par conséquent être prescrits par votre médecin traitant, votre oncologue ou tout autre professionnel de santé. Par la suite, vous devrez présenter une facture ou un justificatif de paiement venant de l’entreprise de transport à la caisse d’assurance maladie.

En résumé, le VSL est une excellente option pour vos trajets vers votre établissement de santé. Que ce soit pour des soins, une hospitalisation ou un diagnostic, et selon votre état, vous profiterez d’un service de qualité, à condition de bien choisir votre prestataire.

Leave a comment

0/100